Relations économiques et commerce

Contexte économique

Le Tchad fait partie des Pays les Moins Avancés. L'avènement de l'économie pétrolière en 2003, avec l'exploitation des champs pétroliers de Doba, a pu constituer une source importante de ressources et d'espoirs pour le développement du pays. Le Tchad reste, toutefois, un des pays les plus pauvres au monde – classé 163e parmi les 169 pays étudiés par le PNUD dans son Rapport 2010 sur le développement humain. La pauvreté est plus fortement concentrée en milieu rural. L’ECOSIT (Enquête sur la consommation et le secteur informel au Tchad), estime que plus de la moitié de la population vit avec moins d’un dollar par jour et l’incidence de la pauvreté alimentaire est de 55%.

Alors que le budget de l'Etat a connu une forte croissance entre 2002 et 2010 (+424%) suite à la production pétrolière, le pourcentage des ressources pétrolières alloué aux secteurs prioritaires pour les droits sociaux et économiques (à savoir: éducation nationale, santé, action sociale, environnement, eau, infrastructure, élevage, justice, postes et NTIC, aménagement du territoire, enseignement supérieur, culture/Jeunesse et Sports, mines et géologie) a baissé de 83% en 2004 à 12% en 2008 1.
En 2011, le secteur pétrolier compte pour environ 23% 2 du PIB et assure environ 53% 3 des recettes budgétaires de l'Etat.

Reste que le pays doit relever d'importants défis afin de lutter contre la pauvreté et d'élever le niveau de développement humain.

L'économie tchadienne se caractérise par un secteur primaire important (environ 57% du PIB 4 et 70% 5 de la population active) dans lequel prédomine le secteur pétrolier.

Le secteur secondaire est embryonnaire (9% 6 du PIB). Son développement reste hypothéqué face à un ensemble de facteurs : le coût très élevé de l'énergie et les difficultés d'accès au financement.

Le secteur tertiaire représentant quelque 34% 7 du PIB emploie environ 20% 8 de la population active. Dans ce secteur, ce sont les activités de commerce, télécommunication et transports qui prédominent.

Contexte commercial

Membre de l'Organisation Mondiale du Commerce, le Tchad est également engagé dans une intégration régionale en tant que membre de la Communauté Economique et Monétaire de l'Afrique Centrale, au sein de laquelle il effectue une part importante de son commerce extérieur avec le Cameroun (1er fournisseur) 9.

Le développement du commerce régional reste cependant entravé par des délais très importants et des coûts particulièrement élevés pour les opérations d'import/export. Le rapport Doing Business 2011 classe le pays 171ème pour le commerce transfrontalier. Ceci souligne avec une acuité particulière la nécessité de procéder à des investissements visant le désenclavement du pays.

La structure du commerce extérieur tchadien est déséquilibrée.

Le Tchad exporte principalement du pétrole (1773 milliards de FCFA, 98% de ses exportations en 2008) et des produits agricoles (bétail, coton, arachides, céréales) 10. Les principaux clients du pays sont les Etats-Unis, la Chine et le Royaume-Uni absorbant la quasi-totalité des exportations de pétrole 11.

Graphique 1 : Valeur des exportations hors pétrole en 2008
Valeur des exportations hors pétrole en 2008

 Graphique 2 : Principaux clients hors pétrole en 2008
Principaux clients hors pétrole en 2008

Le Tchad importe principalement des combustibles et biens d'équipement 12. Ses cinq principaux fournisseurs sont par ordre décroissant : le Cameroun, les Etats-Unis, la France, le Nigéria et la Chine 13.

Graphique 3 : Valeur des importations

Valeur des importations

Graphique 4 : Principaux fournisseurs

Principaux fournisseurs

En l'absence de raffinerie sur son territoire, le Tchad exportait la totalité de sa production et importait des produits raffinés renchéris par le coût des transports. Cette situation a toutefois changé mi-2011 avec l'entrée en fonctionnement de la première raffinerie du pays à Djermaya. 

Politique économique et réformes structurelles

Pour relever les défis de son développement, le Tchad a redéfini le cadre de sa politique économique à partir de 2003 avec l'adoption de la Stratégie Nationale de Réduction de la Pauvreté (SNRP1) confirmée depuis dans le cadre d'une SNRP2  en 2008. Une SNRP de 3e génération est en cours d'élaboration pour l'année 2012. Les objectifs affichés sont une bonne gouvernance, une croissance forte et soutenue, un développement du capital humain, une amélioration des conditions de vie des populations les plus vulnérables.

Les principaux résultats attendus concernent les finances publiques et l'amélioration de l'environnement des affaires (le rapport Doing Business 2011 classe le Tchad 183ème sur 183 pays en terme de facilité à faire des affaires), préalables à l'atteinte de trois objectifs fondamentaux pour l'économie tchadienne :

  • la rationalisation du budget de l'Etat et des investissements publics,
  • la diversification de l'économie afin de préparer l'après pétrole et réduire l'exposition des exportations aux variations des cours mondiaux,
  • le développement de l'initiative privée et du secteur privé.

Action de l'Union européenne

Dans ce contexte, à travers les 9e et 10e FED, l'Union européenne soutient les orientations du gouvernement tchadien à travers un ensemble de projets,  tant au niveau régional que national. Ces derniers, gérés par la Délégation de l'Union européenne au Tchad, visent :

  • l'amélioration des finances publiques (Programme d'Appui à la Modernisation des Finances Publiques),
  • l'environnement des affaires (Programme d'Appui au Commerce),
  • la qualité et la compétitivité des produits tchadiens (Appui aux filières porteuses : élevage, gomme arabique etc.),
  • la transparence dans la gestion des ressources pétrolières (soutien à l'adhésion du Tchad à l'ITIE).

Dans le cadre de ses relations commerciale avec l'Union européenne, le Tchad bénéficie de l'Initiative Tout Sauf Les Armes accordée aux PMA qui octroie l'accès au marché européen en franchise  de droits de douane sans restriction quantitative aux produits originaires du Tchad (sauf armes et munitions). Ce cadre est cependant en cours de modification, l'accord de Cotonou signé en 2000 ayant mis un terme au système de préférence généralisé afin de refonder le partenariat pour le développement sur la base de règles davantage en adéquation avec le droit international découlant des accords de l'Organisation Mondiale du Commerce et ce, notamment afin de garantir une plus grande sécurité juridique des échanges et investissements.

Des Accords de Partenariat Economiques (APE) vont prendre la relève de l'ancien système et des programmes régionaux adaptés ont été mis en place.


1Source: MFB 2010, repris dans le Rapport UNICEF Janvier 2011, pg. 28

2 Consultation au titre de l'article IV, FMI, 2010

3 Idem.

4 Rapport annuel de la zone Franc, chapitre Tchad, Banque de France, 2009

5 Cellule Economique, Présidence de la République du Tchad, Primature, http://www.cellule-economique-tchad.org/presentation.html

6 Rapport annuel de la zone Franc, chapitre Tchad, Banque de France, 2009

7 Idem

8 Cellule Economique, Présidence de la République du Tchad, Primature, http://www.cellule-economique-tchad.org/presentation.html

9 Statistiques du commerce extérieur, Inseed 2008

10 Idem.

11 Idem.

12 Idem.

13 Idem.