Visite en Suisse de Martin Schulz, président du Parlement européen (25/03/2013)

Le 21 mars 2013, Martin Schulz, président du Parlement européen, est venu en visite officielle en Suisse, à l’invitation de Maya Graf, présidente du Conseil national, et de Filippo Lombardi, président du Conseil des Etats. Les entretiens ont porté sur les développements dans l’Union européenne et les relations bilatérales, ainsi que sur les possibilités d’intensifier les relations entre les parlements européen et suisse. Au programme de la visite figurait aussi une rencontre entre Martin Schulz et Didier Burkhalter, le ministre suisse des affaires étrangères, ainsi qu’avec Eveline Widmer-Schlumpf, la ministre suisse des finances. La rencontre prévue avec le président de la Confédération, Ueli Maurer, a dû être annulée à court terme pour des raisons d’agenda.

Lors d’une conférence de presse conjointe avec les présidents du Conseil national et du Conseil des Etats, Martin Schulz a souligné les valeurs européennes communes telles que la démocratie, le respect des droits de l’homme et la préservation de l’environnement, qu’il convient de défendre de manière unie dans la compétition intercontinentale. Il a aussi appelé à un plus grand respect mutuel dans les relations bilatérales, ce qui passe, du côté de l’UE, par une compréhension et le respect des particularités helvétiques, tandis qu’il attend de la Suisse une plus grande acceptation des règles du jeu et des principes qui font foi au sein du marché intérieur européen si elle souhaite y participer. S’agissant des discussions sur les questions institutionnelles en suspens, le président du Parlement européen a fait part de sa satisfaction en constatant que «la phase de méfiance réciproque a désormais cédé le pas à une ambiance de confiance réciproque».

Interrogé sur l’activation éventuelle de la clause de sauvegarde, Martin Schulz a tenu à rappeler que la libre circulation a pour objectif premier d’élargir les libertés des citoyens en Europe et qu’elle avait apporté à la Suisse d’importants avantages économiques. La situation sur le marché de l’emploi en Suisse ne justifie pas une réintroduction des quotas, d’autant qu’elle n’apporterait pas grand-chose, une telle mesure devenant de toute façon caduque dès 2014.

Le vendredi 22 mars, le président du Parlement européen s’est rendu au siège de l’ONU à Genève avant de donner un exposé public sur l’intégration européenne le soir à la Fondation Jean Monnet à Lausanne avec la participation de Madame Micheline Camly-Rey, acinenne présidente du Conseil Fédéral.

 

 

   

Accueil du président dans la Délégation de l'UE à Berne

 

Exposé public à Lausanne

Photos: © 2013 Andreas von Gunten/Béatrice Devènes/EP-Audiovisual Service/Jana Gareis