Conférence conjointe Union européenne – Ligue des Etats arabes sur ‘le Dialogue culturel entre l’Europe et le monde Arabe ‘ - 30 janvier 2013 – Maison de l’UNESCO (30/01/2013)

La délégation de l'Union européenne auprès de l'OCDE et de l'UNESCO et la Mission permanente d'observation de la Ligue des États arabes, en collaboration avec la présidence irlandaise de l'UE et le Maroc en tant que présidence de la Ligue des États arabes, ont organisé la conférence conjointe "Le dialogue culturel entre l'Europe et le Monde arabe", le 30 Janvier 2013 au siège de l'UNESCO.

Dans son allocution d'ouverture, l'Ambassadrice Maria Francesca Spatolisano a souligné que l'événement, visant à favoriser la compréhension mutuelle entre les deux régions, était une première étape de mise en Ĺ“uvre de la the Déclaration du Caire du  13 November 2012 . Dans cette déclaration, les ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne et de la Ligue des États arabes avaient mis en exergue la
  
"nécessité d'un dialogue continu et de la compréhension mutuelle entre les peuples et du respect de leur diversité religieuse et culturelle [ainsi que] de participer efficacement à des initiatives visant à renforcer le dialogue interculturel et interreligieux, comme à l'UNESCO…".

"Dans un monde de diversité, marqué par la montée de l’intolérance et les risques de malentendus, il est essentiel de se parler", a déclaré Ambassadeur Dr. Nassif Hitti, Observateur permanent de la Ligue arabe auprès de l’UNESCO. "Le dialogue est la seule façon d'aller de l'avant", a ajouté le Directeur-Général de l'UNESCO, Irina Bokova.

Lors de la conférence des chercheurs, des diplomates et des journalistes renommés originaires de pays européens et arabes débattaient autour de deux tables rondes sur l'éducation et la jeunesse comme valeurs partagées et sur le rôle des médias et de la société civile dans le dialogue interculturel. Les présentations des intervenants abordaient une variété de sujets tels que les malentendus qui existent entre l'Europe et le monde arabe, la liberté de presse et d'expression ainsi que le respect pour la religion et la culture.

Un large public d'environ 200 participants de divers profils professionnels, dont des diplomates, des journalistes, des représentants d'ONG et des étudiants d'université, participait par la suite à une discussion animée, témoignant clairement de la nécessité et de la valeur ajoutée d'un dialogue continu entre les deux régions.