Énergie

Une demande croissante d'énergie, la volatilité des prix, des perturbations de l'approvisionnement et une volonté de minimiser l'impact environnemental sont autant d'éléments qui rendent essentielle une stratégie claire de l'UE en matière d'énergie. Il en résulte une politique en trois axes: garantie de la sécurité de l'approvisionnement, compétitivité et durabilité.

Objectifs de l'UE

La politique est fondée sur les objectifs de l'initiative "20-20-20", à atteindre d'ici 2020:

  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre de l'UE d'au moins 20 % par rapport aux niveaux de 1990;
  • Veiller à ce que 20 % de l'énergie consommée dans l'UE provienne de sources renouvelables;
  • Réduire la consommation d'énergie primaire de 20 % par rapport aux niveaux prévus – un objectif à atteindre via l'efficacité énergétique.

Les dirigeants de l'UE ont également offert d'augmenter encore les réductions d'émissions de l'UE – en les portant à 30 % – si d'autres grands émetteurs des pays développés et en développement s'engagent à apporter une juste contribution.

La stratégie 20-20-20 est complétée par la "feuille de route 2050". Ce document présente divers scénarios, détaillant les différentes voies qui pourraient être empruntées pour atteindre les objectifs fixés. Cette feuille de route relève de la stratégie à long terme de l'UE consistant à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 80 à 95 % en dessous des niveaux de 1990 d'ici 2050, tout en sécurisant simultanément l'approvisionnement et en maintenant la compétitivité.

Initiatives et accords internationaux

Afin de garantir la sécurité de l'approvisionnement, l'UE a conclu une série d'accords avec des pays non membres de l'UE. Ces accords vont de l'approvisionnement en énergie dans le cadre d'accords bilatéraux à des conventions spécifiques sur la coopération énergétique, en passant par des traités multilatéraux. Des dialogues sont ainsi en cours avec la Russie, la Norvège, les États-Unis, l'Inde, la Chine et l'OPEP. De nouveaux gazoducs sont en cours de construction ou à l'étude, comme le gazoduc transanatolien, qui acheminera le gaz de l'Azerbaïdjan vers l'UE.

L'UE encourage également l'accès à l'énergie durable par-delà ses frontières. Ainsi, le Centre UE-Chine des énergies propres soutient le gouvernement chinois dans ses efforts pour mettre en place un secteur énergétique plus efficace, durable et respectueux de l'environnement. La Commission européenne a également mis en place en initiative visant à assurer l'accès à l'énergie pour tous d'ici 2030.

L'énergie au sein de l'UE

Sur son territoire, l'UE souhaite intégrer pleinement les marchés énergétiques de ses États membres d'ici 2014 de façon à offrir aux consommateurs et entreprises des produits et services plus nombreux et de meilleure qualité, une concurrence accrue et un approvisionnement plus sécurisé. Afin d'améliorer l'efficacité dans ce domaine, la Commission européenne a proposé des mesures axées sur les secteurs des transports en commun et de la construction, là où le potentiel est le plus important en termes d'économies.

L'UE compte 147 réacteurs nucléaires qui fournissent de l'énergie. Des tests de résistance ont été effectués dans chacun d'entre eux en 2011 et ont débouché sur un rapport recommandant des mesures à prendre pour améliorer la sécurité. Ces tests ont été entrepris à la suite de l'accident de Fukushima, au Japon, qui a découlé du tremblement de terre et du tsunami.