UE, Méditerranée et Moyen-Orient

L'Union européenne soutient activement les efforts visant à résoudre le conflit israélo-palestinien et contribue, également en tant que membre du "Quatuor pour le Moyen-Orient" (États-Unis, UE, Russie et ONU), au processus de paix au Moyen-Orient.

Les relations de l'UE avec ses voisins du sud présentent une dimension régionale, l'Union pour la Méditerranée.

L'UE entretient également une relation de région à région avec le Conseil de coopération du Golfe (CCG), qui regroupe l'Arabie saoudite, Bahreïn, les Émirats arabes unis, le Koweït, Oman et le Qatar.

En outre, elle a des relations bilatérales avec l'Iran, l'Iraq et le Yémen.



Union pour la Méditerranée

Le partenariat euro-méditerranéen, anciennement appelé "processus de Barcelone", a été relancé et rebaptisé Union pour la Méditerranée lors du sommet de Paris pour la Méditerranée organisé en juillet 2008, puis lors de la réunion des ministres euro-méditerranéens des affaires étrangères qui s'est tenue à Marseille en novembre 2008. Le partenariat réunit désormais les 27 États membres de l'Union européenne et 16 partenaires issus de la région du sud de la Méditerranée et du Moyen-Orient.

Cette relance vise à donner un nouveau souffle au partenariat et à renforcer le caractère politique des relations stratégiques entre l'Union européenne et ses voisins méridionaux. Tout en conservant l'acquis du processus de Barcelone qui l'a précédée, l'Union pour la Méditerranée offre une gouvernance plus équilibrée et une meilleure visibilité à ses citoyens, ainsi qu'un engagement à réaliser des projets concrets, régionaux et transnationaux.

Quelques-unes des innovations les plus importantes de l'Union pour la Méditerranée résident dans la mise en place d'une coprésidence tournante, avec un président issu de l'UE et un président représentant les partenaires méditerranéens, ainsi que dans la création d'un secrétariat, à Barcelone, chargé de détecter et de promouvoir des projets multisectoriels utiles sur le plan régional, sous-régional et transnational.

L'Union pour la Méditerranée a également défini six projets prioritaires, qui sont au cœur de ses activités:

  • la dépollution de la mer Méditerranée;
  • la création d'autoroutes maritimes et terrestres;
  • le lancement d'initiatives de protection civile destinées à lutter contre les catastrophes d'origine naturelle et humaine;
  • l'élaboration d'un plan solaire méditerranéen;
  • l'inauguration d'une université euro-méditerranéenne en Slovénie;
  • l'initiative méditerranéenne de développement des entreprises axée sur les micro-entreprises et les PME.



Processus de paix au Moyen-Orient

Résoudre le conflit israélo-arabe est une priorité stratégique pour l'Europe, notamment en vue de régler d'autres problèmes au Moyen-Orient.

L'UE propose de créer deux États, dont un État palestinien indépendant, démocratique et viable, vivant en bonne intelligence avec Israël et les pays voisins.

Pour l'UE, la paix au Moyen-Orient nécessite une solution globale. À cet égard, elle a salué l'annonce, en mai 2008, de la reprise des pourparlers entre la Syrie et Israël en vue d'entamer des négociations de paix, sous les auspices de la Turquie. Ces pourparlers indirects sont actuellement suspendus.

En décembre 2008, l'UE souhaitait l'ouverture de négociations de paix entre le Liban et Israël.

Elle a salué l'Initiative de paix arabe et les énormes progrès qu'elle a permis de réaliser dans le processus de paix au Moyen-Orient en jetant les bases d'une normalisation des relations entre Israël et les 22 membres de la Ligue arabe.

L'UE soutient le processus de paix au Moyen-Orient par diverses actions, tant politiques que pratiques.