CEREMONIE DE CLOTURE DU PROGRAMME EUROPEEN DE RENFORCEMENT DU SYSTEME NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DES DESASTRES (24/05/2012)

CEREMONIE DE CLOTURE  DU PROGRAMME EUROPEEN DE RENFORCEMENT DU SYSTEME NATIONAL DE GESTION DES RISQUES ET DES DESASTRES:
3000 VOLONTAIRES ET 40 FORMATEURS FORMES, 302 CONTENEURS DISPOSES A TRAVERS LE PAYS, ET 140 COMMUNES EQUIPEES D’UN DISPOSITIF D’INTERVENTION

  

Port-au-Prince, le 23 mai 2012 – Vingt mois après son lancement et à quelques jours du début de la saison cyclonique, l’Union européenne en Haïti achève son Programme Européen pour le Renforcement du Système National de Gestion des Risques et des Désastres (PER-SNGRD). A cette occasion, l’Union européenne livre ses résultats : les formations et les équipements qui renforcent désormais le dispositif de gestion des désastres dans le pays.

  


« Ce programme visait non seulement à augmenter rapidement la capacité de réponse locale face aux catastrophes, mais également celle de l'Etat haïtien dans la gestion des crises liées aux risques et désastres. Il répond au double défi d’aider la population à faire face elle-même aux risques imminents, comme la saison cyclonique, mais aussi il appuie les efforts menés depuis plus de dix ans par le gouvernement haïtien pour faire avancer un “Système National de Gestion des Risques et des Désastre intégré", explique M. Carlo De Filippi, chargé d'affaires a.i. de la délégation de l'Union Européenne en Haïti. Planifié et réalisé sur une période de 20 mois (octobre 2010 – mai 2012), le PERSNGRD, financé par l'Union Européenne à hauteur de 15 millions d’euros et mis en oeuvre par IMG (International Management Group), s’est articulé autour de trois axes de renforcement :

1. Renforcement de la capacité de réponse d’urgence de la population aux catastrophes, en termes d’organisation et de structures locales de proximité, de
préparation et d’équipements ;

2. Renforcement de la capacité de gestion des crises par l’État haïtien ;

3. Renforcement des capacités institutionnelles de la protection civile haïtienne pour mieux prévenir, anticiper et gérer les crises. « Les orientations du programme ont tenu compte, d’une part des risques auxquels Haïti est exposée, comme les failles sismiques, d’autre part des faiblesses majeures relatives au manque de matériel d’intervention, au manque de personnel formé et à une chaîne de commandement défaillante », a indiqué Alain Damit, expert, en appui à la Direction de la Protection Civile du Ministère de l'Intérieur et des Collectivités Territoriales.

  

Les 140 communes du pays ont été dotées d’un DIPS (Dispositif d’Intervention de Premiers Secours), baptisé en créole KPS (Konntenè Premye Sekou), constitué de matériel de sauvetage et animé par plusieurs équipes de volontaires formés à son utilisation rapide et efficace.

3 000 volontaires et 43 formateurs, dont 18 formateurs pompiers ont été formés et assureront la pérennité du système par un transfert de compétences. Aujourd’hui, ils sont intégrés au système national dans leurs départements respectifs, en tant que cadres d’appui à la DPC.

302 conteneurs ont été déployés : le matériel arrivé par bateau a été réparti entre les 252 premiers conteneurs et distribué dans les communes considérées comme les plus vulnérables. À la demande des autorités haïtiennes, une deuxième phase a permis de réaliser une couverture nationale en ajoutant 50 conteneurs supplémentaires pour équiper les dernières communes et en renforcer d’autres.

  

Afin de renforcer la capacité de gestion des situations de crise au niveau national, le PER-SNGRD a construit une extension du COUN (Centre d’Opérations d’Urgences National) de Delmas 2 ; dans les prochaines semaines, le JRC (Joint Research Center) de la Commission Européenne viendra installer un équipement de haute technologie permettant de visualiser sur écran géant toutes les informations collectées sur le terrain où doivent être organisés des secours.

Tout au long de ce programme, Internews a fourni un appui important au Programme Européen en assurant le volet communication : sensibilisation des autorités locales et de la population, support médiatique et didactique, notamment un Guide Pratique de Communication d’Urgence. « De format poche, ce guide peut accompagner partout les opérateurs et constituera une référence permettant de développer des pratiques communes en matières de communication en cas d’alerte ou de désastre » a expliqué Thierry Mayard Paul, Ministre de l’Intérieur et des Collectivités Territoriales.

Le PER-SNGRD laisse aujourd’hui une base de données complète des nouvelles ressources humaines et matérielles directement exploitables, un référentiel pédagogique national sur la formation au sauvetage, ainsi que divers manuels (manuel du volontaire, guide opérationnel communal, manuel de communication de crise…).