Le Conseil révise les conditions d'une reprise complète de la coopération avec la Guinée (18/07/2011)

Le Conseil a révisé, ce jour, les conditions relatives à une reprise complète de la coopération de l'UE avec la République de Guinée (doc. 12453/11). La décision d'aujourd'hui a été prise à la lumière des progrès qui ont été accomplis par la Guinée en vue du rétablissement d'un ordre constitutionnel et de la démocratisation du pays, et elle a pour effet d'assouplir les conditions auxquelles est subordonnée une reprise totale de l'aide de l'UE.

À la suite du coup d'État militaire perpétré le 23 décembre 2008, l'UE avait suspendu partiellement la coopération au développement avec la Guinée. Pour accompagner le rétablissement d'un ordre constitutionnel et de la démocratie, une feuille de route avait été établie en juillet 2009 en vue d'une reprise progressive de l'aide octroyée par l'UE.

L'UE considère que la République de Guinée a accompli des progrès importants dans la mise en oeuvre de cette feuille de route, en particulier grâce à l'élection démocratique d'un nouveau président et à la mise en place d'un gouvernement civil. La décision qui a été prise aujourd'hui tient compte de ces importants jalons et facilite une reprise complète de la coopération.

Par conséquent, les documents relatifs à la programmation pourront être signés une fois que les autorités guinéennes auront adopté un calendrier électoral conduisant à la tenue d'élections législatives avant la fin de 2011. Les préparatifs en vue de l'élaboration de nouveaux programmes seront également lancés et des fonds seront mis à disposition pour les services sociaux de base. La coopération reprendra pleinement lorsque la Guinée aura organisé des élections législatives libres et transparentes.

"Les élections présidentielles de 2010 représentent une étape déterminante dans le rétablissement d'un ordre constitutionnel en Guinée et la démocratisation du pays. La transition n'est certes pas terminée, mais des pas importants ont d'ores et déjà été faits dans la bonne direction. Je tiens à encourager les autorités guinéennes à poursuivre les efforts qu'elles déploient pour entreprendre des réformes et favoriser la réconciliation nationale. Les élections législatives devraient être organisées dans les plus brefs délais, et il ne faudra pas ménager les efforts pour que le processus soit transparent et ouvert à tous. Il convient également d'intensifier les efforts en ce qui concerne la lutte contre l'impunité et la réforme du secteur de la sécurité," a déclaré la Haute Représentante de l'Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Mme Catherine Ashton.

La Haute Représentante a confirmé que l'UE était déterminée à apporter son soutien à l'organisation des élections législatives, ainsi qu'à soutenir les efforts déployés par le gouvernement pour stimuler la croissance économique.

"J'ai rencontré le Président Alpha Condé le 6 mai 2011 et je lui ai assuré que l'UE restait aux côtés de la Guinée pour l'aider à mener la transition politique à son terme et pour remettre le pays sur la voie de la stabilité et de la croissance économique. À la suite des progrès importants réalisés par la Guinée dans la mise en oeuvre de la feuille de route pour un retour à l'ordre constitutionnel et la mise en place d'un régime démocratique, l'UE a déjà partiellement repris la coopération et a mobilisé des fonds de secours supplémentaires d'un montant de 40 millions d'euros. La décision qui a été prise aujourd'hui permet de reprendre plus rapidement une coopération totale. Des fonds destinés aux services sociaux seront donc mis à la disposition du pays dès que les autorités guinéennes auront adopté un calendrier détaillé prévoyant la tenue d'élections législatives avant la fin de l'année. Les fonds restants destinés à la gouvernance, aux transports et à d'autres secteurs seront mis à disposition après la tenue des élections législatives. Je suis convaincu que les autorités déploieront tous les efforts nécessaires pour que les prochaines élections législatives se déroulent en conformité avec les normes internationales," a déclaré le Commissaire européen chargé du développement, M. Andris Piebalgs.