Cérémonie de remise de chèques "Fonds de défis" pour les OSC: Allocution de Mme Delphine Delieux, Chargé d'affaires a.i. de la Délégation de l'Union européenne au Bénin (04/09/2013)

Empowerment des femmes et des filles -  Cérémonie "Fonds de défis" pour les OSC Discours de Mme Delphine Delieux, Chargé d'affaires a.i. de la Délégation de l'Union européenne au Bénin, représentant SEM Mme Françoise Collet, Ambassadeur, Chef de Délégation 

Palais des Congrès, Cotonou, le 04 septembre 2013

________________________________________ 

Monsieur le Directeur de Cabinet adjoint,

Mesdames et Messieurs les représentants d'autres Ministères,

Monsieur le Directeur de CARE Bénin et Mesdames et Messieurs les membres de son équipe,

Mesdames et Messieurs les Membres du Conseil consultatif,

Mesdames et Messieurs les Représentants des Organisations de la société civile sélectionnés,

Mesdames et Messieurs, 

La promotion et la défense des droits de la femme constitue l'une des priorités essentielles de l'Union européenne. Un développement qui fait abstraction de la dimension genre ne peut être un développement durable. 

C'est vous dire aujourd'hui à quel point je me réjouis de pouvoir assister à cette cérémonie de remise de prix. Le projet "Atche mi ton" et "Etode" s'inscrivent à la fois en accord avec la politique de développement de l'UE et sont en cohérence avec les politiques du Bénin dans la promotion du genre, l'autonomisation de la femme et la lutte contre la violence faite aux femmes. 

Laissez-moi dire quelques mots sur ce sujet qui nous tient à cœur. Les pesanteurs socioculturelles et les caractéristiques sociodémographiques entravent certaines avancées des femmes. Les défis restent nombreux, citons-en quelques uns:

  • Le taux d'achèvement du cycle primaire des filles est de 57%, contre 65% pour les garçons.
  • Le taux d'alphabétisation des femmes de 15 à 24 ans est de 42%, contre 64% pour les hommes de la même catégorie d'âge.
  • Les femmes continuent au Bénin ou ailleurs, à souffrir de discrimination effective par rapport à l'obtention d’un emploi, à l'égalité de rémunération et à l'accès aux droits fonciers.

Les autorités béninoises ont le courage de mettre ces questions haut dans l'agenda et de débattre de ces questions tant au Bénin que dans les instances internationales. Cette position mérite d’être saluée. Une avancée importante a été l’interdiction du mariage forcé et de la polygamie.

En matière de lutte contre les violences basées sur le genre, une avancée notable a été enregistrée avec la loi portant prévention et répression des violences faites aux femmes, promulguée le 9 janvier 2012. Beaucoup de travail reste toutefois à faire pour sa mise en application et sa vulgarisation. 

Les violences faites aux femmes sont directement liées à leur statut économique et social. En effet, Le rapport de l’étude sur les violences faites aux femmes au Bénin, publié en 2010 par le Ministère de la Famille montrait bien qu'un des principaux défis à relever est le manque d’autonomie financière de la femme. L’étude a révélé que la méconnaissance des droits de la femme d’abord par les femmes elles-mêmes et le mépris de la jouissance par les femmes de leurs droits sont des facteurs générateurs de violences à l’égard des filles et des femmes. 

Mesdames et Messieurs,

L'action du projet Atche mi ton va permettre d'améliorer les capacités de leadership des femmes bénéficiaires en agissant sur les causes structurelles qui empêchent l'accès des femmes rurales à la terre. Ces causes structurelles sont à l'origine de la situation foncière précaire des femmes et freinent le développement. Un meilleur accès des femmes à la terre va renforcer leur niveau d’autonomie et les rendre moins vulnérables aux violences.

Le programme ETODE est tout aussi essentiel puisqu'il vise à réformer les mécanismes de prévention et de réhabilitation des violences faites aux femmes. 

L'Union européenne est sensible à la protection des droits de femmes et des filles et a développé le Plan d'Action de l'UE relatif à l'égalité des sexes entre les femmes et les hommes  et l'émancipation des femmes dans le développement – Gender Action Plan (GAP- 2010-2015).  Ce plan d'action "genre" vise à renforcer la coordination et à augmenter l’impact des actions de l'UE sur le terrain à travers des initiatives aussi bien au niveau du dialogue politique, stratégique et programmatique qu'au niveau de la mise en œuvre de la coopération au développement. 

Au Bénin et dans le cadre du 10ème FED, la dimension genre a été transversale dans la mise en œuvre de certaines actions sectorielles (justice, lutte contre la traite des enfants, appui à la société civile et culture, décentralisation). La dimension genre était également  centrale dans le suivi des indicateurs en vue de l'appui budgétaire général (santé et éducation). Le Programme d'appui à la société civile et à la culture (UE avec le 10ème FED et cofinancé par le Danemark) a appuyé 14 projets spécifiques genre avec des Organisations de la Société Civile béninoises entre 2011 et 2013. 

Laissez-moi terminer par le principal, à savoir saluer l'action essentielle de CARE et de la société civile dans ce domaine. Votre action est centrale et les organisations présentes aujourd'hui illustrent à quel point le travail se fait non seulement dans les capitales mais aussi dans les communes, dans les villages, là où les femmes en ont le plus besoin. Nous espérons que ces prix vous encouragent à continuer à travailler dans ce sens. 

L'Union européenne est sensible à la protection des droits de femmes et des filles. Elle  continuera à soutenir l'action du gouvernement et des membres de la société civile dans ces démarches afin que les droits des plus vulnérables soient protégés en tout temps.

 Je vous remercie et vous félicite.