Réunion technique ‘Enhancing the Mobility of People and Goods at borders’ (05/07/2013)

Réunion technique ‘Enhancing the Mobility of People and Goods at borders’

dans le cadre du Partenariat  UE-Afrique sur la Migration, la Mobilité et l'Emploi (MME)

4-5 juillet 2013 – Cotonou, Bénin

____________________________________

  • Monsieur le représentant du Ministre de l'Intérieur, de la Sécurité publique et des Cultes,
  • Monsieur le représentant de l'Union Africaine,
  • Mesdames et Messieurs les participants et représentants des pays et organisations partenaires, et membres du corps diplomatique,
  • Chers invités,

Laissez-moi commencer par vous dire combien je suis heureuse de m'adresser à un groupe de représentants venant d'horizons aussi différents en Afrique, et avec des expériences aussi diversifiées.

Je voudrais donc remercier les autorités béninoises pour leur hospitalité. Ce n'est pas un hasard si cette réunion se tient aujourd'hui à Cotonou: le Bénin se trouve à un carrefour, qu'il s'agisse de circulation des personnes ou de circulation des biens. Je croise personnellement tous les jours des centaines de camions, originaires de nombreux pays de la région, qui se rendent au Port de Cotonou ou en repartent. Certes Rome ne s'est pas faite en un jour et il reste de nombreux défis à relever, mais je dois reconnaître que les progrès en fluidité d'arrivée et de départ sont visibles. J'espère que votre visite hier au poste frontière de Sèmè-Kraké fut aussi instructive.

L'Union européenne est parfois mieux connue en Afrique pour les routes, les écoles ou les centres de santé qu'elle construit. Mais il s'agit d'une vision réductrice de notre action. Les questions de migration et d'emploi font partie intégrante de notre partenariat avec l'Afrique. Il ne saurait en être autrement tant ces questions sont au cœur du processus de développement, en Afrique ou en Europe.

L'Union européenne a évidemment une expérience à relater, à partager, tant comme union douanière que comme espace de libre circulation des personnes et des travailleurs. Mais il existe également de telles expériences en Afrique, et c'est ce qui rend la réunion technique de ce jour particulièrement intéressante. Je crois que cette réunion se solderait par un bilan positif si chacun d'entre vous pouvait repartir dans son pays d'origine, avec de nouvelles idées, de nouvelles bonnes pratiques permettant d'accroître cette mobilité.

Mesdames et Messieurs,

Le Partenariat Union européenne – Afrique sur la Migration, la Mobilité et l'Emploi (MME) a été adopté lors du Sommet UE-Afrique à Lisbonne en 2007 et encadre la politique de migration et d'emploi de l'Union européenne à l'égard de l'Afrique. Il permet d'aborder les questions de migration et d'emploi de manière holistique et intégrée.

Il s'agit de questions d'importance capitale pour l'Union européenne, comme en témoigne notre cadre de développement "Un programme pour le changement" (Agenda for Change), mais aussi (dans la communication qui forme la base de) notre position en vue du Dialogue de Haut Niveau des Nations Unies sur la Migration et le Développement prévu à New York en octobre 2013.

L'intégration économique régionale est un moteur de développement, que ce soit en Europe ou en Afrique. Cette intégration ne peut avoir lieu sans une mobilité régionale. La libre circulation des personnes et des travailleurs contribue entre autre à la facilitation du commerce, à l'investissement et à l'efficacité du marché du travail, ainsi qu'à la paix et stabilité.

L'Afrique et l'Europe doivent travailler ensemble afin d'améliorer l'impact de la migration sur le développement. Davantage d'attention devrait encore être consacrée aux questions de migration Sud-Sud et à ses effets sur l'emploi, ainsi que les mouvements à l'intérieur des pays. Les deux continents doivent en même temps continuer de collaborer sur les questions graves que sont la traite des êtres humains et la diminution de la migration clandestine.

Mesdames et Messieurs,

Sur base de son expérience comme Union douanière et zone de libre circulation, l'Union européenne a développé un outil de gestion des frontières, le "Integrated Border Management" (IBM)". C'est ce concept qui guide notre action lorsque l'on parle de la gestion des frontières, de migration ou encore de criminalité transfrontalière. Cet outil implique une coopération étroite de tous les services impliqués: police, douanes, immigration, armée, au niveau national mais aussi les partenaires régionaux et internationaux. Cet instrument vise à servir trois objectifs:

  • Une traversée des frontières fluide pour les voyageurs de bonne foi et les marchandises – afin d'encourager le commerce, le tourisme et les échanges;
  • La sécurité;
  • Et le respect que l'on doit aux droits fondamentaux et à la bonne gouvernance.

Il est particulièrement important à ce titre d'assurer un traitement adéquat des migrants, des demandeurs d'asile et des personnes vulnérables à la frontière.

Au cours des dernières années, l'Union européenne a accumulé une expérience considérable en coopérant sur les questions de gestion intégrée des frontières. Elle a ainsi consacré plus de 800 millions EUR à de telles interventions entre 2002 et 2010. La plupart de ces interventions concernaient certes des pays à la frontière orientale de l'Union européenne mais il existe également quelques premiers exemples de coopération en Afrique, comme le Sénégal et la Mauritanie. Je saisis cette occasion pour vous assurer de notre intention de renforcer cette coopération avec nos partenaires africains.

Mesdames et Messieurs,

Comme vous le savez, le prochain Sommet Afrique - Union Européenne se tiendra en avril 2014 à Bruxelles. Ce sera l'occasion de faire le point sur la mise en œuvre du plan d'action et de prendre les décisions-clefs sur l'avenir de notre coopération, en particulier sur la place que doivent prendre la migration, la mobilité et l'emploi par rapport aux autres thèmes de la Stratégie conjointe UE-Afrique.

Je voudrais conclure en vous réitérant l'engagement de l'Union européenne de continuer à vous soutenir sur les questions de migration, de mobilité et d'emploi. En favorisant une croissance durable et inclusive, toutes les actions en ce domaine contribuent à l'éradication de la pauvreté.

Je vous souhaite donc deux journées de travail fructueuses et enrichissantes.

Vive la coopération entre l'Union européenne et l'Afrique. Vive notre partenariat.

Je vous remercie de votre attention.