Inondations en Algérie (09/10/2013)

Comme beaucoup d’autres pays du monde, l'Algérie est victime d'inondations dévastatrices. Si par le passé ces inondations étaient surtout connues suite aux débordements des grands cours d’eau dans les grandes plaines agricoles, depuis une vingtaine d’années, elles ont surtout touché les grandes villes et centres urbains, où elles ont engendré de nombreuses pertes en vies humaines et des dégâts matériels considérables.
On peut rappeler,  à titre d’exemple, les évènements à Bab El Oued (Alger) de novembre 2001, une inondation qui a fait près de 800 victimes;  ou celles de l'automne 2008, qui ont fait de dizaines de victimes notamment à Ghardaïa, Aïn Defla, Batna et Bechar; ou encore celles de 2012 qui ont touché le nord-est et le nord-ouest de l'Algérie.

Après ces inondations meurtrières, de nombreux ouvrages de protection ont été réalisés et récemment le Ministère des Ressources en Eau a lancé des études pour faire un inventaire des zones inondables, étudier l'intensité des phénomènes, calculer des paramètres explicatifs des causes et de leurs conséquences et faire une cartographie des zones à très haut risque.
C'est dans ce contexte que l'Union européenne et l'Algérie travailleront ensemble pour la définition d'une stratégie nationale de lutte contre les inondations.

Cette étude permettra de:

  • Faire un audit de l’existant en matière de données relatives aux inondations pour l’intégralité du territoire Algérien, ce qui permettra de constituer le fond documentaire complet pour avoir le « point zéro » en matière de données existantes dans le domaine des inondations.
  • Identifier les causes (naturelles et anthropiques)  des inondations pour l’intégralité du territoire Algérien et par grands bassins hydrographiques. Il s'agira notamment de faire le recensement des principaux évènements catastrophiques intervenus depuis 30 ans, y compris par des visites des sites les plus vulnérables et les plus représentatifs de la problématique des inondations sur le territoire algérien.
  • Proposer un dispositif cohérent et performant pour la prévention et la protection contre les inondations.
  • Former le personnel à la maîtrise des outils de calcul et de cartographie spécifiques dans la définition des zones inondables et des risques d’inondation en fonction des enjeux.

Le démarrage de l'étude est prévu fin octobre 2013 et les résultats sont attendus pour la mi 2015. L'étude est financée par l'Union européenne à la hauteur de 1.2 millions d'euros.