Atelier pour la création de pôles universités/ entreprises (09/07/2014)

Le Programme d’Appui bilatéral UE-Algérie à la Politique Sectorielle de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (PAPS-ESRS) a organisé du 22 au 26 juin à l’Université de Constantine 1, un atelier de production regroupant des responsables opérationnels et pilotes de six universités afin de discuter de la relation entre Université et Entreprises.

Des étudiants, doctorants ainsi que des représentants du secteur économique, de la Direction Générale de la compétitivité industrielle du Ministère de l’Industrie et des Mines, de l’ANDI, de l’ANSEJ et du Centre de carrières et de la Maison de l’Entrepreneuriat de l’Université Constantine 1 étaient présents à cet atelier.

Ces spécialistes et représentants de la société civile ont travaillé sur le thème du rapprochement Universités/ Entreprises à travers l’élaboration d’une feuille de route pour la création de pôles de développement ainsi qu’à l’établissement d’une task forcedans le cadre de la co-construction du référentiel national.

« Notre mission est de créer un dispositif de relations Université/ Entreprises afin de former les universitaires et les parties prenantes à leur avenir commun, et de créer un Centre de Ressources et d’Expertises (CRE)», a annoncé le Professeur Fatiha Youcef Ettoumi, Responsable Opérationnelle Centrale du thème Université et Entreprises, lors de son intervention durant cette rencontre.

Le Professeur Alain Georges Schoon, de l’Université de Louvain (Belgique), a contribué à la mise en place du pôle de compétitivité de la Wallonie avec l’Université de Liège (Belgique) pour accompagner la confection de ladite feuille de route, par une participation active et une approche intégrative.

Cet atelier intervient dans le cadre du Résultat 6 du programme PAPS, composante du Programme chargée de créer une synergie entre le monde socio-économique et le domaine universitaire.

Mr Francisco Condis, Expert principal du Résultat 6, rappelle que : « les compétences dites « métiers » n’existent pas dans les universités algériennes, nous devons d’abord travailler sur un référentiel national et former les compétences nécessaires à la création et au fonctionnement de pôles commun de travail. »

Pour ce faire, de réelles passerelles ont été créées afin de favoriser le travail multisectoriel et de rappeler son intérêt. Des représentants de différentes institutions publiques étaient également conviés à cette rencontre, tel que Karim Djelili, représentant du Ministère de l’Industrie et des Mines, très impliqué dans ce résultat.

Ce dernier a tenu à rappeler que « l’ouverture des universités au secteur de l’entreprise est essentielle. Le Ministère de l’industrie mène de nombreuses actions en ce sens, avec notamment la création de Technopôles. Il rappelle que de nombreuses actions sont menées régulièrement en collaboration avec le PAPS ».

La Direction de l’ANSEJ de Constantine a également participé aux débats entourant l’élaboration de la feuille de route co-produite par les parties prenantes, acteurs et bénéficiaires des pôles. Ils ont partagé leur expérience terrain auprès des jeunes diplômés et avec les experts présents. Ces échanges ont permis aux responsables opérationnels de s’impliquer toujours plus dans la recherche de solutions nouvelles à l’amélioration des rapports Entreprises/ Université.

Ces cinq jours de travail avaient pour objectif d’affiner les contours de la création de pôles pour le développement de la relation université/entreprise pour accompagner et orienter efficacement l’étudiant, futur diplômé, dans son projet professionnel personnel. L'idée est d'améliorer son insertion professionnelle, son employabilité tout en développant la formation universitaire continue, en offrant ainsi la possibilité aux entreprises d’une formation de leurs personnels tout au long de la vie.

De plus, l'objectif de cette démarche est également de susciter l’intérêt de l’étudiant à l’entrepreneuriat et l’outiller dans la création de sa propre activité, pour assurer les transferts technologiques et valoriser les résultats des recherches, pour mieux insérer les jeunes doctorants et enfin pour promouvoir les thèses en entreprise.

Selon M.Messaoud Djeghaba, Responsable Pilote pour le Résultat 6 de l’Université d’Annaba, « L’ancien paradigme était entre autres celui des formations. Cette feuille de route nous a permis de voir tout cela de façon globale à travers la création du pôle. »

La rédaction d’un guide de bonnes pratiques fut décidée afin de maximiser la réussite et la compréhension par toutes les parties-prenantes du projet et adopter un lexique commun. Le Professeur Alain Georges Schoon, animateur principal des débats, estime que les premiers pôles de travail devraient voir le jour à la mi-2015 et insiste pour la création d’une « Task Force à même de transmettre les bonnes pratiques et de mener à bien l’élaboration de pôles à travers 6 sites pilotes. »

Pour rappel, le Programme d’Appui à la Politique Sectorielle et de la Recherche Scientifique (PAPS-ESRS) UE-Algérie, accompagne et soutient la réforme du secteur, à savoir la modernisation du système universitaire afin de développer les mécanismes d’insertion des jeunes dans le monde de l’entreprise, le renforcement des capacités des établissements universitaires et l’amélioration de la qualité de l’enseignement.